MaVoix Direct n°25 - 4 avril 2016

De mavoix
Aller à : navigation, rechercher

Présentations :[modifier | modifier le wikicode]

Toan

Quitterie

Laure

Pascal

Marina

Hubert

Caroline

Guillaume

Maria

Peut-on imaginer un autre terme que "hacker" ?[modifier | modifier le wikicode]

Le terme semble peu positif, sachant que la démarche est positive, il ne semble pas hyper adapté.

Proposition : "infiltrer".

C'est un anglicisme et ça reporte aussi à quelque chose de peu légal. On veut reprendre et ressaisir le pouvoir légitime au peuple, alors pirater la voix de quelqu'un d'autre me semble peu adapté.

"hacker", en terme informatique, il s'agit de rentrer par la petite porte, discrètement, agir de l'intérieur. Si à chaque fois il faut se justifier sur ce terme là, c'est qu'on peut réfléchir sur sa pertinence.

Pourquoi ne pas transformer "hacker" par "Porter ma voix à l'Assemblée Nationale" / Réappropriation de la maison du peuple ?

C'est aussi prendre un logiciel et le changer de l'intérieur. Prendre le système existant et fonctionner différemment.

S'il faut l'expliquer à chaque fois, peut être qu'on va perdre des gens sur le mouvement.

Ce mot dénote aussi un inconfort que l'on souhaite faire ressentir au fonctionnement en place. On arrive aussi pour déranger, même si c'est positif. Il faut trouver un juste milieu.

Marque de fabrication : être dans l'action et non dans l'agression. "hacker" ne dénote pas du constructif et du concret.

autre suggestion : connecté / à l'écoute

Outil informatique, levier pour le groupe mais il ne faut pas s'y tenir. Groupe de travail pour d'autres formes de rassemblement plus locales.

Ça peut être un frein et aujourd'hui les gens ne veulent pas se compliquer la vie.

Premières actions concrètes et très simples en concertation avec les électeurs.

Si on veut représenter l'ensemble du peuple ce serait dommage de se couper de ceux qui n'ont pas accès à cette technologie et/ou qui peuvent être effrayés par le discours trop "tech".

=> pirater, bousculer, réinventer, réinitialiser, reconnecter, se greffer

(Pour info : https://www.communecter.org/ actuellement en phase de béta test)

Rompre le dialogue avec les élus et s'adresser entre nous, prendre l'habitude de donner son avis et construire ensemble.

Rester dans un système avec une tête et un programme ne serait pas un changement suffisant.

Il y a des politiques qui auraient envie de faire de la démocratie participative mais cela serait voué à l'échec si l'appareil prend le dessus. Là, l'appareil c'est la méthode et les outils.

Pour ne pas exclure les personnes âgées ou vraiment pas à l'aise avec l'outil informatique, on peut imaginer un bureau outillé avec une équipe disponible. (ndlr fracture numérique)

On veut apprendre ensemble et progresser alors actions locales à faire.

Effort à faire aussi, les électeurs doivent avoir un niveau d'information sur les lois à voter, écart d'information entre un député et ses experts et des citoyens comme vous et moi.

Informations à disposition sur une plateforme informatique mais aussi actions locales, les électeurs doivent aussi faire un effort.

Au delà du terme "hacker", il s'agit aussi d'interpeller son député.

Ne plus être pétitionnaire mais reprendre vraiment le pouvoir d'action en amont, sur les lois qui régissent la vie quotidienne des citoyens.

On n'est pas obligé d'utiliser des mots que l'on ne sent pas, les règles et la méthode proposées sont les seules choses qui comptent.

De quelle façon vulgariser le mouvement pour dire ce n'est pas si difficile de s'intéresser à la démocratie ?