MaVoix Direct n°34 - 06-06-2016

De mavoix
Aller à : navigation, rechercher

Sont présent·e·s :

  • Manon
  • Hubert : à Marseille, a connu #MAVOIX sur Facebook / 2 mois de contribution dans les différents ateliers / préparation d’une réunion sur Marseille pour vendredi !
  • Julien : Région Centre / ça fait 2/3 mois de suivi de #MAVOIX, premier hangout / travail dans une association de protection de la nature et de l’environnement.
  • Loevan : étudiant sur Rennes en premier année / tombe sur #MAVOIX à partir de la vidéo des Parasites / soutien à apporter dans le domaine informatique, mais ouvert à tout !
  • Guillaume : petit nouveau / a découvert le mouvement grâce à la vidéo des Parasites ce matin / a 17 ans, au lycée / là pour s’investir / votera pour la première fois l’année prochaine !
  • Didier : 47 ans / en région parisienne / directeur financier.
  • Toan : 41 ans / à Lyon / suit #MAVOIX depuis décembre.
  • Romain : 33 ans / ingénieur télécommunication, c’est la première fois en Hangout / a connu #MAVOIX aujourd’hui / écoute pour se faire une opinion / banlieue parisienne : romain.raynaud@3cmr.fr – demande pour Slack.
  • Boris : 27 ans / master 2 d’intelligence économique / engagé récemment dans le projet Reconstruire la France.
  • Arnaud : 37 ans / région parisienne / travail dans le secteur privé / a connu #MAVOIX via le partage d’un lien sur Facebook
  • Antoine : 22 ans / école d’ingénieur à Lyon / en ce moment en stage à Lausanne / a connu #MAVOIX sur France Inter après les législatives de Strasbourg.

Présentation de #MAVOIX :

Mouvement de citoyens volontaires et bénévoles (≠ association ou parti) / notre objectif c’est de faire élire des députés issus de la société civile, volontaires, formés et tirés au sort.

On propose des MOOCs, des formations ouvertes à tous sur le fonctionnement des institutions, le rôle des députés etc.

Tirage au sort : on veut éviter toute personnification, tout ego surdimensionné au niveau des élections.

On veut que les députés élus soient les porte-voix des citoyens, sans programme, on va demander aux députés de voter les lois selon les votes des membres de #MAVOIX qui auront exprimé leur décision sur une plateforme de vote.

But : apporter l’information à tout le monde avant le vote -> vote -> transmission de la proportion des résultats aux députés pour qu’ils votent en conséquences (pour/contre/abstention).

Questions / Réponses :

Guillaume :

Est-ce que la personne à qui on va donner le pouvoir ne va pas avoir envie justement de se faire réélire ?

Le problème de la réélection est réglée par le tirage au sort.

Mais il faudra l’inscrire dans les textes pour ne pas autoriser la réélection.

Suivant le nombre, c’est difficile de gagner deux fois de suite au tirage au sort – après on peut aller et plus loin et interdire la réélection.

Mais du coup, il y a une perte de connaissance/d’expérience néfaste.

Mais c’est peut-être un avantage, car la personne qui arrive redémarre en blanc. Et attention, il y aussi la force du collectif, et de l’expérience collective.

Mais est-ce que le conseil par les anciens députés ne porte pas un peu défaut au mouvement ?

Le but de tout ce qu’on vous a expliqué c’est aussi de se dire que le député en place n’a pas une place différente des membres de #MAVOIX. Il va pouvoir donner son avis comme tout le monde, mais il n’aura pas plus de pouvoir que les autres, son vote vaudra 1 voix.

Il aura aussi la tâche de nous faire monter en compétence sur certains sujets traités en commission.

On compte aussi que le député fasse le parcours en même temps que les autres, qu’il y ait une dynamique, qu’on croit tous ensemble. Même un ancien député ne va pas avoir une voix plus forte sur la plateforme.

Est-ce qu’on peut trouver une période pour qu’un nombre nominal de personnes puissent être députés ?

(Dans le système administratif aujourd’hui, pas possible / dans la Grèce Antique, les citoyens étaient sélectionnés pour une certaine période)

La seule solution c’est de changer la loi une fois à l’Assemblée Nationale, mais ça semble compliqué, une telle proposition ne fera pas fureur au sein de l’Assemblée.

Bon après il y a des députés qui militent pour la réduction du mandat mais ce n’est pas la majorité, c’est sûr !

Après ce qu’on peut souligner c’est le rôle des lobbies auprès des députés pour faire passer des lois. Ce qu’on souhaite c’est que les lobbies agissent sur les milliers de personne qui votent sur la plateforme plutôt qu’un seul député car ça limitera les possibilités, ce sera plus facile.

Ça fait aussi parti de la non-personnification qu’on souhaite développer.

Pourquoi pas de diffusion du hangout ?

(Par rapport à la quantité de personnes qui participent à la plateforme / petit à petit il va y avoir de plus en plus de personne et le hangout est limité à 10 personnes / pas compris)

Pas de réponse sur ne pas l’enregistrer, c’est plus de l’instant présent …

Après on a des outils où on peut se connecter de façon illimitée mais on ne peut pas parler à plus de 10.

Il y a pas mal de logiciels comme Redcall ou Mumble ou Teamspeak pour diviser la salle en plusieurs groupes.

Hubert : le blog était super ! Il faut avoir des approches différentes pour toucher des personnes différentes !

Aussi ça fait bizarre de ne pas avoir une personne en face quand on parle où on entend parler ?

Au niveau de l’argent des députés, que va faire le député #MAVOIX ?

Il va le reverser au mouvement ?

Dans les MOOC, il y a toute une partie sur le député et ses indemnités. Il y a beaucoup de choses sur la réserve parlementaire, les différentes sources d’argent auquel il a accès (avantages en nature, réserve parlementaire, indemnités).

Il n’y a pas de décision prise par rapport à cela, on veut en tout cas que le député soit 100% député donc ça voudra dire aussi avoir des facilités de logements sur Paris etc. ce ne sera pas non plus neutre comme poste les dépenses. Après c’est un calcul, sachant que c’est assez réglementé pour reverser l’argent à un parti, mouvement etc.

Sur le rôle du député, il va devoir appliquer le résultat du sondage en ligne, mais que fait-il s’il est tout seul ?

C’est encore en questionnement au sein de #MAVOIX : majorité ou consensus ?

On a pas toutes les réponses, on est tout jeune.

Est-ce qu’il existe d’autre mouvement comme #MAVOIX ?

Qui veulent réaliser les mêmes actions de mettre un député l’Assemblée Nationale ?

Avec cette notion de tirage au sort, de formation, pas vraiment.

Mais il y a l’application à plus petite échelle ou à Saillans. L’équipe municipale a été constitué de 3 000 personnes, avec l’intégration de presque l’ensemble des citoyens. Ils décident les choses en s’informant puis en votant.

Et est-ce qu’on a des retours sur cette organisation

Oui ça se passe bien, c’est compliqué car il faut du temps, il faut informer.

Ils n’ont pas de plateforme internet, c’est surtout une grande salle où les gens sont informés et où ils débattent.

Savoir où en est l’organisation sur l’ensemble de la France ?

Pour le moment, le mouvement est né à Paris / ça s’est développé à Strasbourg pour les législatives partielles / on a des équipes locales qui naissent à Lyon, Marseille, Bordeaux, + pas mal de rencontres sur l’Ouest (Nantes, Rennes).

Comment créer une équipe locale ?

Kit local pour aider à créer les équipes locales.

Est-ce qu’il faut un référent, est-ce qu’il faut des compte-rendus, y a-t-il une manière de démarcher ? Est-ce que c’est possible pour les mineurs ?

Ce qui est génial dans #MAVOIX, c’est qu'on a des figures variées.

Question de la minorité à traiter avec attention !!

Sur le démarchage, c’est quelque chose qu’on ne fait pas pour l’instant / par rapport aux médias on accorde pas d’interview/ on a un rapport à la personnification assez nouveau, on évite toute personnification du rôle du député. On ne veut pas une personne qui soit la cible des lobbies, on veut une personne qui va voter en fonction des autres.

Par rapport à la personnification : on ne veut pas de bataille d’égo, on n'est pas là pour le pouvoir mais pour faire avancer notre pays et notre démocratie.

Mais par rapport au démarchage, c’est plus “passif” comme créer des groupes de discussions par exemple dans les écoles.

Il faut vraiment regarder le coté légal de la minorité, assez compliqué.

La non personnification va jusqu’au fait de ne pas répondre à l’interview d’un journaliste -> il assiste à une réunion ou à un Hangouts – c’est ce qui a été fait par Complément d’Enquête à Strasbourg. On est assez différent.

Est-ce qu’on a une relation avec Nuit Debout ?

Le mouvement est né à Paris ?

Plusieurs d’entre nous y vont, c’est un engagement de chacun. On n'a pas tous forcément les mêmes opinions politiques, c’est justement ce qui en fait la richesse.

On n'a pas une opinion commune sur tel ou tel sujet. Enfin il y a des principes sur le fonctionnement de la démocratie que nous partageons tous mais concernant notre orientation politique, nous sommes libres et différents.

Après, dès qu’on est invité, s’est discuté et voté. Ça se réfléchi en groupe pour les interventions mais pas pour répondre directement à une interview.

Est-ce qu’il y a un manuel, un grand pilier ?

On est en train de le constituer pour avoir notre ADN, notre Charte, c’est en cours de constitution.

On est preneur de toute bonne volonté, c’est ouvert à tous !

J’ai cru voir qu’il y avait une prochaine réunion sur Paris ?

C’est le week-end de travail des 18 et 19 juin pour tirer un bilan de Strasbourg et voir comment on va décupler en 577 fois.

Témoignage sur Strasbourg

(ndlr : voir le dernier CR MAVOIX Direct n°32 et aussi sur le blog : Strasbourg : les moments forts de la campagne)

Sur l’affiche, trop belle !

“Qui me représente le mieux ?” – donné par un Strasbourgeois le jour du tirage au sort

Sur le tirage au sort : fait par un notaire de façon officielle, filmé sur Périscope ou Facebook live, on a été pas mal suivi.

On a beaucoup intrigué les médias, pas mal de journalistes s’étaient déplacés.

Question de la parité ?

Réglée par le processus de tirage au sort. (ndlr : obligation légale)

Question sur les outils numériques ?

On teste les outils et une fois qu’on est satisfait on propose au groupe et on en discute ensemble (= ceux qui veulent donner leur avis).

Existe-t-il des outils pour une quantité de personnes illimitée ?

Pas pour l’instant.

Est-ce que la communauté s’organise pour créer les outils dont elle a besoin ?

Oui par exemple la plateforme de vote, ce sont des développeurs informatiques qui bossent dessus.

On prend des choses gratuites ou des choses opensource qu’on paramètre nous même. Pour Lyon, on utilise un outil de webinar : glowbl (= conférence web de façon illimité mais juste 10 personnes peuvent parler mais tout le monde peut demander la parole – et toujours audio ? Pas forcément, c’est possible de partager un écran par exemple)

Les groupes s’organisent comment plutôt ?

Il y a des groupes de discussions sur la France ?

Oui et c’est amené à se développer / mais après il y a aussi des réunions par thème qui centralisent plus.

Par rapport à 2017, objectif difficile ?

L‘objectif n’est pas forcément le plus important, ce qu’on souhaite c’est parcourir le chemin ensemble pour gagner en connaissance et en compétence.

Car malgré tout ce qu’on peut dire sur le député, il y a aussi un problème avec le citoyen qui ne dit mot. Il n’a pas d’information, on lui donne des vérités toutes faites. On a conscience qu’on doit réduire le gap entre les citoyens et les députés, en élevant les citoyens.

Il y a un long chemin à parcourir. On progresse dans plein de domaine dans #MAVOIX et après rien ne nous dit qu’on ne changera pas nos objectifs, ce n’est pas fermé.

Est-ce qu’on suit les interventions d’auteurs qui pensent dans la même direction que nous ?

On a eu l’intervention de plusieurs intellectuels, tels que Dominique Cardon (= sociologue), Dominique Rousseau (= prof de droit constitutionnel), de professeur de Sciences Politique (?)

On est suivi et on suit certains experts sur ces questions là.

On a ces interventions sur notre blog, par exemple on a eu la présidente du Parti Pirate islandais (= retranscription sur le site) / très enrichissant – on a essayé de retranscrire ce qui s’est passé.