MaVoix Direct n°26 - 11 avril 2016

De mavoix
Révision de 27 décembre 2016 à 14:52 par StephaneL35 (discussion | contributions) (retranscription du hangout via framapad)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Damien

(Maria)

Toan

Bernard

Aubin Etudiant en journalisme, Laval

Hubert Marylaure candidate du Mans, pour la législative partielle Boris

Nicolas ancien candidat Nouvelle Donne

Pascal a connu MaVoix à Strasbourg Place de la république

Aubin Quid du financement de la campagne ? Crowdfunding non autorisé (via un site).


Quid d'un appel au don d'un candidat ? Le budget devra être serré et on montre qu'on a pas une grosse machine qui finance derrière

Bernard : Événement à Strasbourg ce samedi ; tirage au sort suivi d'un atelier WorldCafé (avec facilitateur), participation des citoyens.

Chacun apporte sa contribution, et vient avec tous ses bagages de compétences.


Financement des élections ? C’est une question assez compliquée Le crowd-funding n’est pas autorisé pour une campagne Le crowd-funding individuel semble possible


Comment convaincre de voter pour nous quand il n’y a pas de programme ? Le programme c’est nous si on se prend en main Idée ? Testez un vrai vote avec la plateforme mise à disposition

Les outils de consultation et d'expression existent, ils permettent même d'avoir une connaissance de l'opinion en temps réel. La force #MaVoix, c'est le soutien de centaines d'experts derrière les opérationnels terrain.

Un manque identifié est clairement le manque d'info entre le député et le citoyen de base. La plateforme doit aussi être alimentée par les débats. Attention à l'éventuel poids de lobbies pouvant avancer masqués dans les discussions.

Idem pour les candidats qui postulent qui pourraient avancer marqués Il s'agit de faire confiance à priori.

Nicolas : le tirage au sort casse les ambitions politiques professionnelles. C'est donc mieux. De même l'absence de programme a priori a permis de mieux discuter avec les gens.

Le candidat #MaVoix n'a pas besoin d'habiter sa circonscription. Il peut habiter la région opposée. Il faudra néanmoins affiner les éléments de langage. Un relai de #MaVoix peut très bien enregistrer les doléances et ressentis de proximité pour les remonter au National

Les votants habituels seront perdus. par perte de repère. Mais les 51% autres qui ne votent plus (notamment 25% qui n'ont jamais voté) ont quand même besoin de proximité. On n'est pas là pour vous représenter à un endroit bien spécifique.

Les gens qui s'y intéressent ont envie d'être dans l'action. A Strasbourg, le tirage au sort sera immédiatement suivi d'une prise de parole collective puis d'un world café justement consacré à la campagne et comment optimiser cette originalité d'une campagne dont le candidat n'est pas au cœur de l'élection.