MaVoix Direct n°41 - 5 septembre 2016

De mavoix
Révision de 21 mars 2017 à 16:47 par StephaneL35 (discussion | contributions) (MàJ au 21/03/17 et vérification des liens)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher

Dans le compte-rendu suivant, le signe "-->" désigne l'intervention d'un membre lors du débat.

Sont présent.e.s :[modifier | modifier le wikicode]

Camille : a envie d'en savoir un peu plus

Fabien : (j'ai loupé le début si qq peut compléter)

Toan

Fabien

Ladislas

Hubert

Tour de table :[modifier | modifier le wikicode]

Xavier : restaurateur, engagé en tant que citoyen depuis 30 ans dans différentes structures / intervenu dans l'espace public sur beaucoup de sujets différentes (nourriture, agriculture, environnement)

Constat : peu de citoyens interviennent dans l'espace public, donc livre et film pour se demander si on a une incidence sur l'espace public et quelles sont les limites de l'exercice (= du coup qu'est-ce qu'on fait ? Le système continu de se reproduire et d'avoir une pérennité).

Point sur le groupe de Lyon :[modifier | modifier le wikicode]

Pour Lyon : faire une réunion une fois par mois, une rencontre publique, c'est à dire qu'on essaye de regrouper les gens, et de travailler sur un ou plusieurs ateliers d'intelligence collective.

On se réunit souvent en ligne pour organiser ça, ou en réel quand on peut.

Participation à la campagne de Strasbourg, premier exemple. On a vu que pour certaines choses on ne pourrait pas faire la même chose, notamment concernant la dépense d'énergie.

Donc le travail est d'extraire le bon pour créer une trame commune pour se lancer dans la constitution d'une campagne électorale en cherchant des volontaires, en préparant les formations, le budget, le tirage au sort ...

On rentre dans une nouvelle logique, il faut faire connaître #MAVOIX mais aussi faire la campagne électorale.

Q : Combien à Lyon ?

R : 3/4 tout le temps, sinon une dizaine pour ceux qui participent de temps en temps.

Camille : #MAVOIX est plutôt bien suivi sur les réseaux mais sur le terrain c'est peut être un peu plus compliqué. La première phase c'est d'abord créer un noyau.

Hubert : le principe c'est de se faire connaître, on a utilisé pas mal d'outils de confcall pour faire des réunions, puis rencontres physiques. Mais après ça reste une démarche volontaire de chacun.

Mon expérience : si on essaye d'attirer des personnes pour faire du chiffre, ce n'est pas le but. La démarche volontaire est importante. Moi j'étais impressionné par le résultat des scrutins de Strasbourg, peu de moyen mais score top (= 4,25%) !

Ça veut dire qu'on arrive à intéresser. A contrario, on s'est posé beaucoup de fois le débat, il faut éviter de rentrer dans le fonctionnement d'un parti traditionnel, les campagnes politiques traditionnelles ce n'est pas pour nous.

Plateforme de vote et de débat :[modifier | modifier le wikicode]

Ladislas : si on a un élu, on aura de la démocratie directe.

Ce que j’avais compris : ceux qui ont accès à la plateforme peuvent participer.

Ce que je souhaite, c’est que l’ensemble des français puissent débattre des lois qui sont discutées à l’assemblée. C’est ce principe là : une démocratie directe qui représente la population française, il faut être représentatif de la population, il faut la porter vraiment, pas comme ce qui est fait aujourd’hui à l’Assemblée Nationale.

--> En fait, c’est tout à fait #MAVOIX, c’est exactement le principe.

--> Mais, ce que je veux dire, c'est que les outils de sondage, lorsqu'ils prennent 1 000 personnes dans la population - on sait très bien que selon comment sont posées les questions, les résultats peuvent changer. (Ça bug, j’entends plus).

--> La première étape c’est d’ouvrir à plus de 577 personnes. On espère avoir des députés #MAVOIX qui eux écouteront les gens qui se seront exprimés sur plateforme.

Que la plateforme soit ouverte à tous, en tous cas pas de restriction pour l’instant. On ne filtre pas l’orientation politique car justement on en a pas, on veut que tout le monde puisse s’exprimer sur toutes les lois, et en connaissance de cause.

Ce n’est pas qu’une plateforme de vote mais aussi une plate-forme de débat et d’information. Le citoyen qui voudra s'informer, pourra prendre en compte tout le contexte d'experts, etc ... pour voter en connaissance de cause.

--> Après, ce qui est important c'est que ça se passe du coté du peuple, il faut le respecter et pas lui cracher à la g*** comme on peut le voir.

Ladislas : Comment arriver à sonder l’opinion des personnes qui ne sont pas intéressées par le phénomène ou qui n’en ont pas connaissance.

+ question sur la pertinence des sondages ? Donc comment arriver à sonder l’opinion des gens qui ne sont pas affiliés à #MAVOIX ?

Q : Le problème du tirage au sort, c'est de trouver assez de députés sur les 577 circonscriptions, surtout quand il faut trouver des gens qui sont prêts à aller au bout, qui sont compétents, etc.

Mon idée était donc de faire un projet, une vision. Le seul truc qui fait que les gros partis gagnent tous le temps, c’est que les petits partis sont divisés et se rejettent. Donc l’idée de vous contacter était de trouver quelque chose de fédérateur pour y aller ensemble. Car désuni on a aucune chance.

Comment arriver à convaincre les citoyens de s'engager, avoir des citoyens qui ont le temps ?[modifier | modifier le wikicode]

Fabien : Globalement, on se fait la même idée du problème de la politique, les divisions, les combats puérils de coqs.

Avec #MAVOIX on sort de ce problème là car on est plus dans les personnalités, on porte juste une idée, celle de la démocratie directe.

L'idée c'est pas la personne qui est tirée au sort puis élue qui pose son opinion, mais elle porte le message de l'ensemble de la population française.

Pas de leader charismatique qui a des idées bien claires sur tout et qui a des convictions sur l'immigration ou n'importe quoi. Juste une personne qui est prêt à entendre l'opinion des français.

Manon : #MAVOIX = outils, donc pas compatible avec un projet commun.

Xavier : limites d'avoir autant d'opinions des français. Limites des instituions + pour avoir l'adhésion des français il faut une vision à proposer pour les rassembler. Ça restera anecdotique à la sortie. La majorité des citoyens attendent une vision. J'en ai discuté à de nombreuses reprises avec différentes personnes, en disant que chacun à son niveau peut faire bouger les choses.

Mais dans le système global, les décisions fiscales, sociales, qui enveloppent la société, on peut faire ce qu'on veut ça dépend de ce truc là. Tout est décidé en haut, si tu n'as pas accès à ça, tu peux faire dans ton coin mais ça sera limité.

La différence, c'est de monter un groupe de citoyens qui soit engagé et profondément réfléchi sur un projet de société (ex : meilleur répartition des richesses, écologie, vision de l'entreprise, de la culture, de l'éducation) = qui soit une vision partagée.

R : sur la partie programme : On se rejoint sur le fait qu’on veuille faire gagner en connaissance et compétence les citoyens. Mais l’ADN de #MAVOIX c’est de faire changer le fonctionnement de la démocratie mais ce n’est pas d’avoir des avis. Le projet est juste de permettre aux citoyens d’exprimer ces avis là.

--> Ajd : on ne peut pas faire croire en France que le vote du député représente le peuple, que lui ou son parti. L'électeur donne une fois son avis, quand il vote et puis après il la ferme, il pourra se plaindre.

Nous ce qu'on veut c'est que pour chaque loi, les citoyens puissent s'exprimer et que ce vote soit respecté (≠ partis, clientélisme). Il s'agit de rehausser le rôle des citoyens, que son avis compte, retranscrire tous les votes au niveau de l'Assemblée Nationale.

Xavier : La plupart du temps, les citoyens ne sont pas au courant, la grande majorité ne s'y intéresse pas.

--> Nous on compte sur le fait qu'on va intéresser les gens sur la vie démocratique, sur le parcours d'une loi.

--> Ajd : Les citoyens ne s'intéressent pas à la politique car ils savent qu'ils sont ignorés. S'ils étaient écoutés, ils s'y intéresseraient.

--> Il y aussi des gens qui n'en ont pas envie à cause de leur travail, culture, ou manque de temps. Mais l'essentiel est de mettre en mouvement le projet.

--> Je suis d'accord Xavier que c'est difficile. je connais #MAVOIX depuis avril, j'ai eu ces mêmes interrogations, mais c'est normal, il y a un éveil. Ça peut prendre du temps. C'est clair que les gens connectés sont déjà en mouvement. Il y a une volonté, 4,25% sur une partielle à Strasbourg alors que très peu de moyens, c'est énorme !

On travaille sur ce qu'on a fait, pour s'améliorer et ça peut prendre un tournant inquiétant pour les partis traditionnels.

Fabien : la qualité d'un sondage, à mon sens, avec la méthode des quotas, il commence à avoir une bonne représentation.

On peut se dire que les gens qui ne répondront pas aux sondages, ne se prononceront pas en vrai.

--> Légitimité = ce n'est pas parce que les citoyens ne sont pas des "sachants" qu'ils ne peuvent pas intervenir.

Xavier : Contre la démocratie par les sondages. Il faut retrouver, il faut prendre des décisions et montrer aux français, montrer une direction. Si pas de direction, on laisse tout le monde partir dans tous les sens. En réalité, ce qui marche c'est quand on a une vision. Si on reste dans l'immédiateté ça va dans tous les sens, on part dans un mouvement de masse.

La démocratie ce n'est pas ça, ce sont des gens honnêtes (pas plus de deux mandats, pas de cumul) - ex de Etienne Chouard.

--> Est-ce que tu penses qu'il y a beaucoup de gens qui votent pour des programmes ? Non, la majorité ne votent pas.

Hubert : on construit à coté des partis traditionnels. Les 4,25% pour moi c'est énorme, il y avait très peu de moyen. Il y a eu une captation d'un certain nombre de voix.

Si on explique, on est capable d'intéresser = INTELLIGENCE COLLECTIVE. Le but est d'expliquer les enjeux, etc.

Toan : (R sur le programme) : On constate que les mecs qui sont élus ne font pas tourner le pays.

--> Ajd : Le problème c'est que les élus sont issus des grands partis politiques, système qui se reproduit sur lui-même. Il y a quelque chose qui est pourri dans le système, il y a d'autres pays (notamment nordiques) qui fonctionnent mieux !

Tirage au sort & mandat :[modifier | modifier le wikicode]

TIRAGE AU SORT = donne sa chance + on gagne rarement deux fois au loto, donc pas de problème de réélection.

--> Sur le statut de l'élu : On souhaite que l'élu soit à 100% dans l'Assemblée Nationale, qu'il ne cumule pas avec d'autres choses.

On est aidé par d'anciens députés + actuels pour avancer. On n'a pas répondu à toutes les questions. On est en train d'apprendre, on apprend en marchant.

--> Il est indispensable de changer le statut de l'élu pour avoir des citoyens issus de la société civile. Pour pouvoir donner accès au plus grand nombre. Quelqu’un qui est 5 ans à l'Assemblée Nationale, il sort et doit retrouver du boulot.

--> Vrai problème soulevé par Xavier. Il faut arriver à un système mixte. Être capable de hacker le système.

--> Ajd : Nos élus ne rendent plus des comptes. Si on réussit à introduire des députés #MAVOIX on pourra faire évoluer le statut. Mais à court terme c'est quand même d'abord de rentrer dans l'Assemblée Nationale et de faire se rendre compte aux gens qu'ils ont un pouvoir.

Xavier : constat de plus d'accès après le vote dans l'urne, comment on arrive à renverser cette table. comment dans la société on arrive à faire remonter nos idées, mais finalement on arrive très vite à la limite de l'exercice. Le seul moyen de faire changer les choses c'est que le peuple retrouve la majorité à l'Assemblée Nationale, avec un grand groupe de député. Sinon on aura toujours 10 mecs qui décident, et des partis qui continuent à valider la politique. Si on veut changer les choses, il faut prendre l'Assemblée Nationale, pas la "hacker" mais la prendre.

--> Le terme "hacker" ne doit pas être mal compris, pas d'illégal. Juste introduire un logiciel différent pour que les gens réfléchissent différemment.

(si quelqu'un peut compléter, j'avais plus de réseau)

--> Hubert : Si ceux qui votent sur la plateforme sont des gens qui sont amenés à s'intéresser à la politique c'est déjà une victoire. J'aurai plus tendance à avoir confiance à ce vote là plutôt que les votes des députés. Quand on regarde aujourd'hui ce qui est voté (d'ailleurs nombre aberrant de députés à l'Assemblée Nationale), une plate-forme de vote sera toujours plus représentative.

--> Xavier : Les projets/propositions de loi sont lisibles sur le site de l'Assemblée Nationale en avance, mais le fait reste que peu de gens vont les voir en amont et peu vont les décortiquer. Il faudrait qu'il y ait des gens en permanence qui font attention à ça. Aujourd'hui les députés non plus ne sont pas forcément au courant !!! (oui bon du coup c'est un peu le problème, d'où le travail spécial des députés #MAVOIX qui par leur présence et leur travail feront attention aux projets/propositions qui passent).

--> Fabien : qui participe aux débats ?

--> R : Rien n'empêche une personne de se connecter et de donner son avis. Ce n'est réservé à personne. On donne la possibilité que les gens puissent librement avoir accès aux informations, puissent se renseigner, s'éduquer et enfin voter. L'idée est que chacun puisse s'exprimer sur la plateforme.

Démarche d'intelligence collective = débat. Les choses se dégagent d'elles-mêmes. Il suffirait qu'il y ait 100 sympathisants, pas toujours les mêmes, sur la plateforme, je suis persuadé qu'on ferait le meilleur choix pour le bien commun à chaque fois.

--> Xavier : C'est ce qu'on appelle la démocratie éclairée (Hubert : non non ce n'est pas le projet de #MAVOIX ; exemple de la formation des candidats à Strasbourg avec les MOOC, cela prouve que des personnes qui ne se sont jamais rencontrées, qui vont travailler en intelligence collective, sont parfaitement aptes à dégager le bien commun).