Rencontre du 3/10/2017 Paris - REX : Différence entre versions

De mavoix
Aller à : navigation, rechercher
(ADN : typo)
(Gouvernance)
Ligne 66 : Ligne 66 :
 
** nous avons constaté que dans la pratique, certains ont eu le sentiment que le principe de gouvernance horizontale (qui est dans l'ADN ?) n'a pas été respecté. Nous avons tous convenus que la hiérarchie qui apparaissait quelque fois était due à une plus grande présence et un plus grand travail de certaines personnes par rapport à d'autres (n'est ce pas ça la gouvernance horizontale ?) et que le non respect de l'horizontalité permet dans certains cas une plus grande efficacité.  
 
** nous avons constaté que dans la pratique, certains ont eu le sentiment que le principe de gouvernance horizontale (qui est dans l'ADN ?) n'a pas été respecté. Nous avons tous convenus que la hiérarchie qui apparaissait quelque fois était due à une plus grande présence et un plus grand travail de certaines personnes par rapport à d'autres (n'est ce pas ça la gouvernance horizontale ?) et que le non respect de l'horizontalité permet dans certains cas une plus grande efficacité.  
 
** Cette hiérarchie est d'ailleurs d'autant plus flagrante entre les nouveaux venus et les "anciens", d'autant que les anciens n'ont légitimement pas envie de remettre certains sujets qu'ils avaient déjà longuement débattus et que nous étions dans le feu de l'action.  
 
** Cette hiérarchie est d'ailleurs d'autant plus flagrante entre les nouveaux venus et les "anciens", d'autant que les anciens n'ont légitimement pas envie de remettre certains sujets qu'ils avaient déjà longuement débattus et que nous étions dans le feu de l'action.  
** Il s'agit donc d'une hiérarchie de circonstance, amener à changer en permanence selon l'activité de chacun. Ainsi peut on la résumé par  "ceux qui font sont ceux qui décident". De même, il difficile d'écouter quelqu'un qui dit "je ne suis pas d'accord, il faut que vous fassiez comme ceci" alors qu'il ne prend pas part à l'action.  
+
** Il s'agit donc d'une hiérarchie de circonstance, amener à changer en permanence selon l'activité de chacun. Ainsi peut on la résumé par  "ceux qui font sont ceux qui décident". De même, il difficile d'écouter quelqu'un qui dit "je ne suis pas d'accord, il faut que vous fassiez comme ceci" alors qu'il ne prend p
 +
** as part à l'action. Beaucoup de décisions ne sont pas prises aux votes mais par les gens qui prennent part à l'action.
 
** l'idée "ceux qui font sont ceux qui décident" ne se suffi pas. En effet, malgré un grand merci pour tous les groupes de personnes qui ont pris en charge tout un tas de divers sujets, certaines personnes ont alors eu le sentiment que ces sujets étaient pris en otage. Pour palier à cela, un second principe est nécessaire : "le partage totale de l'information". En effet, informer de ce que l'on fait et ce que l'on décide permettra aux autres de pouvoir intervenir et de ne pas découvrir les décisions qui ont été prises après coup. De même, chacun s'engage à venir s'informer sur les groupes et pages facebook ainsi que sur le forum et pendant les hangouts.  
 
** l'idée "ceux qui font sont ceux qui décident" ne se suffi pas. En effet, malgré un grand merci pour tous les groupes de personnes qui ont pris en charge tout un tas de divers sujets, certaines personnes ont alors eu le sentiment que ces sujets étaient pris en otage. Pour palier à cela, un second principe est nécessaire : "le partage totale de l'information". En effet, informer de ce que l'on fait et ce que l'on décide permettra aux autres de pouvoir intervenir et de ne pas découvrir les décisions qui ont été prises après coup. De même, chacun s'engage à venir s'informer sur les groupes et pages facebook ainsi que sur le forum et pendant les hangouts.  
 
*** un exemple parfait est la date et le lieu du week-end du 7-8 Octobre 2017 : les gens qui n'avaient pas pu être présent lors l'événement qui a décidé de la date et du lieu ce week-end  n'ont pas été consulté (c'est à dire pas grand monde n'a été consulté). Y-a-t-il eu un ordre du jour stipulant la prise de cette décision pour que les personnes non présentes puissent participer à cette décision ?   
 
*** un exemple parfait est la date et le lieu du week-end du 7-8 Octobre 2017 : les gens qui n'avaient pas pu être présent lors l'événement qui a décidé de la date et du lieu ce week-end  n'ont pas été consulté (c'est à dire pas grand monde n'a été consulté). Y-a-t-il eu un ordre du jour stipulant la prise de cette décision pour que les personnes non présentes puissent participer à cette décision ?   
Ligne 74 : Ligne 75 :
 
** exemple avec le MOOC : on croit souvent que Paris a tout fait, c'est faux, beaucoup de groupes différent ont participé.  
 
** exemple avec le MOOC : on croit souvent que Paris a tout fait, c'est faux, beaucoup de groupes différent ont participé.  
 
** certains groupes qui ont pu pensé que "c'est Paris qui fait tout" ne venait notamment pas au Hangout le jeudi soir. Encore une fois, pour avoir le sentiment et pour effectivement pratiqué la gouvernance partagée il faut s'informer, pour ainsi participer à l'action et ainsi prendre part aux décisions.  
 
** certains groupes qui ont pu pensé que "c'est Paris qui fait tout" ne venait notamment pas au Hangout le jeudi soir. Encore une fois, pour avoir le sentiment et pour effectivement pratiqué la gouvernance partagée il faut s'informer, pour ainsi participer à l'action et ainsi prendre part aux décisions.  
** un moyen de valoriser tous les groupes est de   
+
** un moyen de valoriser les actions tous les groupes est de se valoriser sur les pages de com' externe (c'est ce qui a été fait).  
 
* la gouvernance dans le groupe local :
 
* la gouvernance dans le groupe local :
 
** l'idée de "ceux qui font sont ceux qui décident" est aussi valable dans le groupe local.  
 
** l'idée de "ceux qui font sont ceux qui décident" est aussi valable dans le groupe local.  
 
** Concernant l'intégration des nouveaux, encore une fois c'est le principe de partage de l'information qui va leur permettre de prendre connaissance de l'action pour pouvoir y prendre part (en aidant ou en créant leur propres actions) et ainsi participer à la gouvernance.  
 
** Concernant l'intégration des nouveaux, encore une fois c'est le principe de partage de l'information qui va leur permettre de prendre connaissance de l'action pour pouvoir y prendre part (en aidant ou en créant leur propres actions) et ainsi participer à la gouvernance.  
 
** 3 principe a peut être régi la gouvernance dans les groupes locaux: la conscience des objectifs du groupe (notamment énoncés dans l'engagement pour la campagne des groupes locaux) ainsi que le confiance et le respect entre les membres du groupe. Conscient des objectifs du groupe, chaque groupe a organisé sa gouvernance selon les personnalités de l'équipe. Certains ont préféré la spontanéité permanente, d'autre une orga "stal & spontex" (ou plutôt un équilibre entre les deux, comme l'équilibre horizontalité / efficacité). L'horizontalité a été conservé notamment à travers l'idée que jamais un poste est assigné à quelqu'un mais que des personnes sont assignés à tour de rôle à des postes.   
 
** 3 principe a peut être régi la gouvernance dans les groupes locaux: la conscience des objectifs du groupe (notamment énoncés dans l'engagement pour la campagne des groupes locaux) ainsi que le confiance et le respect entre les membres du groupe. Conscient des objectifs du groupe, chaque groupe a organisé sa gouvernance selon les personnalités de l'équipe. Certains ont préféré la spontanéité permanente, d'autre une orga "stal & spontex" (ou plutôt un équilibre entre les deux, comme l'équilibre horizontalité / efficacité). L'horizontalité a été conservé notamment à travers l'idée que jamais un poste est assigné à quelqu'un mais que des personnes sont assignés à tour de rôle à des postes.   
** Concernant la motivation des membres du groupe :
+
** Concernant la motivation des membres du groupe : 2 principaux moteurs qui sont "t'as envie de faire quoi ?" (bien pour la dynamique de créativité) et "la conscience des objectifs du groupe" (en discutant, écoutant ce que les gens ont envie de faire et ne pas faire, on doit toujours se partager les tâches que le groupe doit remplir, y compris celles que personne ne veut faire). 
 
* le duo créativité/garde fou :  
 
* le duo créativité/garde fou :  
 
** nous avons tous été d'accord sur le fait qu'une quasi-total liberté de créativité nous as été laissé. L'ADN a été la seule chose qui a joué le rôle de garde fou et certain ont pensé qu'il faudrait notamment parlé et renforcé l'intégration de l'ADN par les nouveaux venus.  
 
** nous avons tous été d'accord sur le fait qu'une quasi-total liberté de créativité nous as été laissé. L'ADN a été la seule chose qui a joué le rôle de garde fou et certain ont pensé qu'il faudrait notamment parlé et renforcé l'intégration de l'ADN par les nouveaux venus.  
 
** un exemple de ce duo qu'il reste à débattre et désamorcer est le tagage de la place de la République et le fait d'avoir prévenu les médias.  
 
** un exemple de ce duo qu'il reste à débattre et désamorcer est le tagage de la place de la République et le fait d'avoir prévenu les médias.  
 
** par ailleurs, l'idée que chacun puisse participer à la créativité du groupe fait parti du principe d'horizontalité de la gouvernance.   
 
** par ailleurs, l'idée que chacun puisse participer à la créativité du groupe fait parti du principe d'horizontalité de la gouvernance.   
* articulation entre le groupe  Paris et les groupes locaux Parisiens :   
+
* articulation entre le groupe  Paris et les groupes locaux Parisiens :
 +
** un aspect historique important : après Strasbourg, le groupe MaVoix s'est retrouvé principalement à Paris. Et alors l'unique groupe MaVoix de Paris s'est scindé en divers circonscription parisienne. Donc les groupes locaux de Paris n'ont toujours formé qu'un groupe. Les nouveaux venus ont aussi ce sentiment bien qu'il n'ait pas connu le groupe unique de Paris. 
 +
** les réunions des groupes de Paris ont permis notamment d'organiser des événements communs.  
 +
** ces événements communs ont été particulièrement réussi par la force du nombre. 
 +
** la venue de membres des collectifs locaux aux événements communs s'est jouée sur l'affinité entre le gens mais aussi par le besoins d'action 
 +
** les actions communes se sont planifiées au coup par coup, et tout le monde a été satisfait par ça. 
 +
** les réunions des groupes de Paris ont permis notamment de se rencontrer, créer des affinités. Il y a eu un vrai va-et-vient entre les groupes locaux et le groupe Paris que ce soit en terme d'outil, de créativité etc mais aussi en terme d'accueil de nouveaux venus et de création de groupe (certains groupes locaux ont été construit par des personnes se rencontrant dans une réunion Paris). 
 +
** certains ont proposé de supprimer les pages facebook des groupes locaux parisiens pour ne plus qu'utiliser que la page facebook Paris pour la com' externe. Cela permettrait d'améliorer la valorisation des actions sûrement et effacerait tout idée de "compétition entre groupes locaux". 
 
* articulations entre les groupes locaux:
 
* articulations entre les groupes locaux:
 
** nous avons conclus que les hangouts avaient été super, très riche et primordiale pour le partage de l'information, de la créativité, de la motivation et pour la création d'affinité. Ces hangouts se sont dont trouvés être une mécanique nécessaire à la gouvernance partagée.   
 
** nous avons conclus que les hangouts avaient été super, très riche et primordiale pour le partage de l'information, de la créativité, de la motivation et pour la création d'affinité. Ces hangouts se sont dont trouvés être une mécanique nécessaire à la gouvernance partagée.   

Version du 6 octobre 2017 à 09:41

Objectifs de la réunion

Faire un retour d'expérience sur la façon dont on a vécu l'expérimentation #MAVOIX depuis la rentrée de septembre 2016 jusqu'aux élections législatives 2017. Une attention particulière sera accordée aux spécificités de la région parisienne.

Ce retour d'expérience sera partagé au WE global de Marseille 7-8 octobre 2017 pour enrichir le guide #MAVOIX.

14 présent·e·s

Alexandra, Audrey, Benoît, Caroline, Cyprien, Frédérique, Jean, Jean-Baptiste, Jean-Marc, Julien, Kavi, Léo, Manon, Sandra

Déroulé

  • Tour de table des prénoms, des groupes locaux ou des rôles de chacun·e
  • Présentation de la réunion et de ses objectifs
  • Distribution de post-it. Puis chaque personne détermine les sujets les plus importants à travailler ou dont elle a envie de parler et les note sur les post-it
  • Une animatrice récupère les post-it et les positionne sur un tableau en les regroupant par thème. Si l'énoncé n'est pas suffisamment explicite, l'auteur·e du post-it peut préciser sa pensée et choisir le thème correspondant
  • 5 grands thèmes sont ressortis : ADN, gouvernance, actions, communication, financement. Etant donné que nous étions 12 à ce moment, nous avons fait le choix de ne conserver que 3 thèmes.
  • En s'inspirant du world café, on fait des ateliers en groupe de 4 personnes, tournants (20 min pour chaque temps). Quelques rôles sont définis :
    • une personne surveille le temps
    • une personne qui reste dans chaque atelier pour prendre des notes et transmettre ce qui a déjà été dit aux groupes suivants
  • Restitution par les 3 personnes ayant pris les notes. Elles s'engagent à les recopier ou a minima à les photographier pour les transmettre pour le WE global de Marseille
  • Discussions diverses

Améliorations possibles

Avis de Julien :

  • lors de la recherche des thèmes avec les post-it, nous avons clairement dépassé le temps que nous nous étions fixé (1h de retard). Je pense que c'est parce que nous avions besoin de raconter nos histoires et n'avons donc pas su bien préciser nos pensées de manière concise
  • les prises de paroles étaient un peu chaotiques, pas vraiment respectueuse de l'ordre

Ces petits soucis auraient facilement pu être réglé avec un·e facilitateur·trice neutre qui aurait veillé au bon déroulé de la réunion. Nous aurions aussi pu rappeler quelques règles d'écoute au début de la réunion.

Nous avons tout de même été très productifs !!!

Ateliers

ADN

1er groupe

  • Non-personnification pas toujours respectée pendant la campagne pour un groupe local, avec une difficulté de faire tourner la prise de parole "publique" (mais toujours 3 personnes volontaires présentes pour les interviews).
  • Il y a également eu des effets de contexte de campagne, avec la sensation qu'il y avait une place pour parler pendant la campagne électorale. Beaucoup de journalistes ont pris des contacts avec ce groupe, et la plupart ont fini par annuler. Parfois incompréhension sur la question de ne pas solliciter les médias localement pendant la campagne, au moins au début. Groupe qui a ressenti le besoin d'être médiatisé pendant la campagne.
  • Discussion sur la question de l'efficience du "no deal" avec les autres organisations/mouvements. "Il faut se battre pour l'idée, pas pour l'étiquette".
  • Divergences sur ces points de l'ADN au sein du groupe, qui peuvent être vues comme le résultat d'un manque de transmission aux nouveaux venus. Dans l'action, le temps n'a pas toujours été pris pour expliquer l'ADN aux nouvelles/nouveaux venu·e·s.
  • Question de savoir ce qui constitue vraiment l'ADN de Ma Voix par rapport aux outils utilisés (ex. : le tirage au sort). Il peut y avoir un flou entre ce qui est vraiment fondateur au mouvement et ce qui a été l'objet de discussions plus tard - flou qui peut engendrer des frustrations pour les nouveaux venus notamment.
  • Discussion autour de l'intégration de nouveaux/nouvelles venu·e·s : si l'attirance pour le mouvement peut être socialement marquée, comment concilier la conservation de la culture du groupe local (s'il y en a une) et le fait de rester ouverts / que chacun·e puisse s'approprier localement la démarche ?

2ème groupe

  • Certain·e·s ont trouvé que cela pouvait être lassant de réexpliquer l'ADN aux nouveaux/nouvelles à chaque fois, même si c'était intéressant de s'y reconfronter de temps en temps.
  • Pour certains groupes, illisibilité entre ce qui relève du groupe local / de Paris / des projets transversaux / ou de Ma Voix global car plusieurs membres présents dans plusieurs "aires"/projets ; avec parfois une pollution en groupes locaux de choses issues du transversal. Cela a pu amener des implicites et des tabous sur des leaderships/personnes compétentes dans certains domaines -> Au nom de la dépersonnalisation on met parfois de l'implicite inutile qui brouille les informations (ex. : qui gère quoi ? A qui je peux demander telle info qui me manque ?). Idée : différencier la médiation dépersonnalisée et la reconnaissance des compétences.
  • Débat sur les différents médias : appui sur la nécessité de jouer avec nos propres règles. Utiliser l'expérience pour communiquer : pour comprendre quelque chose il faut à la fois le savoir et le vivre -> philosophie à avoir avec les médias.

3ème groupe

  • Personnellement, le tractage (et du coup le fait de devoir présenter Ma Voix dans la rue et d'être exposé.e aux contradictions) a pu permettre de prendre confiance pour après et faciliter la prise de parole.
  • Paradoxe autour du fait d'avoir un ADN et de vouloir contribuer à l'édition des lois -> ADN qui est un peu une sorte de Constitution inchangeable. Question de savoir si on devrait avoir un ADN mutable ou un ADN plus restreint et inchangeable. En tout cas, il semble nécessaire de se doter d'instruments qui permettent de l'amender, afin de pouvoir appliquer notre méthode à nous-mêmes. En ayant un ADN immuable, on reproduit la même privation que ce qu'on cherche à combattre, ce qui crée des frustrations. Bonne chose qu'il y ait eu un ADN pour lancer le mouvement, mais il peut être bon de faire évoluer l'ADN en se donnant les moyens de l'amender.

Restitution en groupe :

- ADN : est-ce que c'est une boussole ou quelque chose qui peut changer ?

- En groupes locaux, mettre en valeur l'envie et le volontariat pour expliquer l'ADN de Ma Voix, pour éviter que ça devienne une corvée.

En bref :

Rapport avec les médias : 1) Question sur la pertinence de ne pas solliciter des médias pendant la campagne pour certain·e·s. 2) Bonne philosophie pour d'autres, et conserver la communication liée à l'expérience du mouvement.

Dépersonnalisation : 1) Difficulté de faire tourner la prise de parole publique par manque de volontaires 2) Mais expériences de campagne qui donnent confiance pour après dans sa prise de parole personnelle 3) Leaderships et compétences non assumé·e·s, ce qui crée des tabous et de la frustration.

No deal : 1) Questionnement sur la pertinence de ne pas se rapprocher d'autres mouvements.

Mutabilité de l'ADN : 1) Question de la transmission/adhésion de l'ADN et de l'accueil des nouveaux venus 2) Paradoxe à ne pas pouvoir discuter autour de l'ADN, besoin de se doter des moyens de l'amender si besoin.

Gouvernance

Les thèmes principaux associés à la gouvernance que nous avions voulu abordés sont: la gouvernance dans le groupe local, la gouvernance inter groupe locaux (notamment autour du groupe Paris), le prédicat de l'horizontalité (et ainsi le rapport à l'ADN), le thème "c'est Paris qui fait tout" et enfin duo créativité/garde fou.

  • le prédicat de l'horizontalité (ou plutôt du partage) de la gouvernance :
    • nous avons constaté que dans la pratique, certains ont eu le sentiment que le principe de gouvernance horizontale (qui est dans l'ADN ?) n'a pas été respecté. Nous avons tous convenus que la hiérarchie qui apparaissait quelque fois était due à une plus grande présence et un plus grand travail de certaines personnes par rapport à d'autres (n'est ce pas ça la gouvernance horizontale ?) et que le non respect de l'horizontalité permet dans certains cas une plus grande efficacité.
    • Cette hiérarchie est d'ailleurs d'autant plus flagrante entre les nouveaux venus et les "anciens", d'autant que les anciens n'ont légitimement pas envie de remettre certains sujets qu'ils avaient déjà longuement débattus et que nous étions dans le feu de l'action.
    • Il s'agit donc d'une hiérarchie de circonstance, amener à changer en permanence selon l'activité de chacun. Ainsi peut on la résumé par "ceux qui font sont ceux qui décident". De même, il difficile d'écouter quelqu'un qui dit "je ne suis pas d'accord, il faut que vous fassiez comme ceci" alors qu'il ne prend p
    • as part à l'action. Beaucoup de décisions ne sont pas prises aux votes mais par les gens qui prennent part à l'action.
    • l'idée "ceux qui font sont ceux qui décident" ne se suffi pas. En effet, malgré un grand merci pour tous les groupes de personnes qui ont pris en charge tout un tas de divers sujets, certaines personnes ont alors eu le sentiment que ces sujets étaient pris en otage. Pour palier à cela, un second principe est nécessaire : "le partage totale de l'information". En effet, informer de ce que l'on fait et ce que l'on décide permettra aux autres de pouvoir intervenir et de ne pas découvrir les décisions qui ont été prises après coup. De même, chacun s'engage à venir s'informer sur les groupes et pages facebook ainsi que sur le forum et pendant les hangouts.
      • un exemple parfait est la date et le lieu du week-end du 7-8 Octobre 2017 : les gens qui n'avaient pas pu être présent lors l'événement qui a décidé de la date et du lieu ce week-end n'ont pas été consulté (c'est à dire pas grand monde n'a été consulté). Y-a-t-il eu un ordre du jour stipulant la prise de cette décision pour que les personnes non présentes puissent participer à cette décision ?
  • "c'est Paris qui fait tout" :
    • c'est une idée à déconstruire.
    • il y a eu beaucoup de groupe locaux dans les alentours de Paris, donc beaucoup de choses se sont passés de fait dans les alentours de Paris.
    • exemple avec le MOOC : on croit souvent que Paris a tout fait, c'est faux, beaucoup de groupes différent ont participé.
    • certains groupes qui ont pu pensé que "c'est Paris qui fait tout" ne venait notamment pas au Hangout le jeudi soir. Encore une fois, pour avoir le sentiment et pour effectivement pratiqué la gouvernance partagée il faut s'informer, pour ainsi participer à l'action et ainsi prendre part aux décisions.
    • un moyen de valoriser les actions tous les groupes est de se valoriser sur les pages de com' externe (c'est ce qui a été fait).
  • la gouvernance dans le groupe local :
    • l'idée de "ceux qui font sont ceux qui décident" est aussi valable dans le groupe local.
    • Concernant l'intégration des nouveaux, encore une fois c'est le principe de partage de l'information qui va leur permettre de prendre connaissance de l'action pour pouvoir y prendre part (en aidant ou en créant leur propres actions) et ainsi participer à la gouvernance.
    • 3 principe a peut être régi la gouvernance dans les groupes locaux: la conscience des objectifs du groupe (notamment énoncés dans l'engagement pour la campagne des groupes locaux) ainsi que le confiance et le respect entre les membres du groupe. Conscient des objectifs du groupe, chaque groupe a organisé sa gouvernance selon les personnalités de l'équipe. Certains ont préféré la spontanéité permanente, d'autre une orga "stal & spontex" (ou plutôt un équilibre entre les deux, comme l'équilibre horizontalité / efficacité). L'horizontalité a été conservé notamment à travers l'idée que jamais un poste est assigné à quelqu'un mais que des personnes sont assignés à tour de rôle à des postes.
    • Concernant la motivation des membres du groupe : 2 principaux moteurs qui sont "t'as envie de faire quoi ?" (bien pour la dynamique de créativité) et "la conscience des objectifs du groupe" (en discutant, écoutant ce que les gens ont envie de faire et ne pas faire, on doit toujours se partager les tâches que le groupe doit remplir, y compris celles que personne ne veut faire).
  • le duo créativité/garde fou :
    • nous avons tous été d'accord sur le fait qu'une quasi-total liberté de créativité nous as été laissé. L'ADN a été la seule chose qui a joué le rôle de garde fou et certain ont pensé qu'il faudrait notamment parlé et renforcé l'intégration de l'ADN par les nouveaux venus.
    • un exemple de ce duo qu'il reste à débattre et désamorcer est le tagage de la place de la République et le fait d'avoir prévenu les médias.
    • par ailleurs, l'idée que chacun puisse participer à la créativité du groupe fait parti du principe d'horizontalité de la gouvernance.
  • articulation entre le groupe Paris et les groupes locaux Parisiens :
    • un aspect historique important : après Strasbourg, le groupe MaVoix s'est retrouvé principalement à Paris. Et alors l'unique groupe MaVoix de Paris s'est scindé en divers circonscription parisienne. Donc les groupes locaux de Paris n'ont toujours formé qu'un groupe. Les nouveaux venus ont aussi ce sentiment bien qu'il n'ait pas connu le groupe unique de Paris.
    • les réunions des groupes de Paris ont permis notamment d'organiser des événements communs.
    • ces événements communs ont été particulièrement réussi par la force du nombre.
    • la venue de membres des collectifs locaux aux événements communs s'est jouée sur l'affinité entre le gens mais aussi par le besoins d'action
    • les actions communes se sont planifiées au coup par coup, et tout le monde a été satisfait par ça.
    • les réunions des groupes de Paris ont permis notamment de se rencontrer, créer des affinités. Il y a eu un vrai va-et-vient entre les groupes locaux et le groupe Paris que ce soit en terme d'outil, de créativité etc mais aussi en terme d'accueil de nouveaux venus et de création de groupe (certains groupes locaux ont été construit par des personnes se rencontrant dans une réunion Paris).
    • certains ont proposé de supprimer les pages facebook des groupes locaux parisiens pour ne plus qu'utiliser que la page facebook Paris pour la com' externe. Cela permettrait d'améliorer la valorisation des actions sûrement et effacerait tout idée de "compétition entre groupes locaux".
  • articulations entre les groupes locaux:
    • nous avons conclus que les hangouts avaient été super, très riche et primordiale pour le partage de l'information, de la créativité, de la motivation et pour la création d'affinité. Ces hangouts se sont dont trouvés être une mécanique nécessaire à la gouvernance partagée.
    • certains ont émis le souhait de voir naitre un espace de discussion et de partage sur les aspects théoriques et fondamentales de l'expérience MaVoix (peut être sur facebook, à l'image de la team mandataire).

Actions

Recensement des actions

ACTIONS DE CAMPAGNE

ACTION GROUPE LOCAL (INTERNE)

Tractage et discussions (Quai, Parc, Ecole,

Jardin, Rue, Marché, sortie de métro)

Réunion hebdomadaire

Création d’espace de débat public

Apéros

Café citoyen (Régularité / Anticipation)

Permanence / Accueil

Théâtre forum

Réunion thématique

Vote de loi dans la rue

Réunion de coordination pour actions futures

Tag

Recrutements

Les 24H de la démocratie

Echange de bonnes pratiques / Coordination entre les groupes

Soirée rencontre

Réunion globale pour Paris

Vidéos (Chant, Pompidou…)

Préparation de l’action terrain

Radio Barbes

Production de contenu (Article, etc)

Médias locaux (Difficile à toucher)

Stickers

Jeu de société avec les étudiants

Interviews

Pique-Nique

Atelier pochoirs

Chanson

Forum des engagements

Collage d’affiche

Intervention pour conférences (Ted, etc)

Forum, Nuit debout, Colibri

Vente d’affiches collector / Verres / badges

Projection sur l’Assemblée nationale de slogans

Tirage au sort

Labyrinthe

CR Réunion #MAVOIX Paris – Actions Terrain

Ce qui est principalement ressorti de l’atelier de travail sont les points suivants :

Les réunions hebdomadaires étaient indispensables pour avoir un minimum de lien entre les membres du groupe local. A défaut d’avoir des actions collectives ou spécifiques au groupe, les réunions étaient respectées et créaient une dynamique positive.

Grande autonomie / Liberté d’action des groupes locaux et des individus :

Les pours

Les contres

Grande autonomie dans le choix

Si pas d’impulsion locale, pas d’action

Diversité des actions, foisonnement d’idées

Mobilisation difficile du groupe local

Indépendance des groupes

Manque de structure sur les actions car pas de règles

Soutien du collectif, bienveillance, encouragements et garde fous

Manque de communication (du collectif au groupe local ou entre les groupes locaux)

Expérimentation : Test and learn

Sentiment d’exclusion possible sur certains événements car la diversité des collectifs n’amène pas toujours un sentiment d’appartenance

Nous avons remarqué que les actions n’avaient pas été les mêmes selon les lieux pour deux raisons : la composition du groupe (motivation, nombre, idées) et le territoire (pas de parc, marchés peu fréquentés, etc…).

Chaque groupe semble cependant avoir pris plaisir à s’approprier son « territoire » et en a appris les spécificités géographiques et légales (interdictions de tracter devant les écoles, ou à l’intérieur de parcs, réglementation du collage des affiches sur les murs et au dos des panneaux, etc)

Les membres se sont sentis globalement connectés à leur arrondissement et l'ont redécouvert pour certains.

Une gestion du temps difficile :

Il a été discuté le temps que chacun à choisi d’allouer aux actions de groupes et collective.

La gestion du planning était difficile principalement pour deux raisons :

  • Le rush des échéances (Elections, financements, etc)
  • Les disponibilités de chacun.e et la priorisation des activités #MAVOIX

Cela a engendré deux conséquences :

  • Une positive : le dynamisme positif et la mise en action rapide
  • Une négative : le stress et la réalisation un peu à la va vite pour certaines actions

La plupart des personnes se sont senties mise dans le bain rapidement, et certaines ont regretté que nous n’ayons pas eu plus de temps pour intégrer les nouveaux ou mieux expliquer les valeurs de #MAVOIX. Pour autant, les débriefs qui ont été plus importants que les briefs pour la plupart étaient un bon moyen de faire le bilan et d’améliorer rapidement le fonctionnement.

Certains ont tout de même remonté une frustration liée au niveau d’engagement de chacun. Ceux qui ont fait plus ont parfois été en manque de reconnaissance, et ceux qui faisaient moins, frustrés ou perdus.

Pour autant, il semblait à certains que l’absence d’un schéma de récompense sur ce type de collectif était indispensable pour conserver l’essence des actions.

Il y avait souvent un noyau dur qui dynamisait les actions et qui prenait la plupart des décisions et initiatives, cela a pu gêner certaines personnes.

Pour finir, la plupart ont ressenti beaucoup d’émotion et de fierté lors des actions de leur propre groupe ou de celles des autres groupes locaux et se sont senti appartenir à quelque chose de plus grand qu’eux.